Foodles nomme Aurélien Antoine, Responsable RSE afin de renforcer et soutenir ses engagements écoresponsables.

Son prochain objectif : être labellisée B-Corp en 2022

Foodles, l’alternative aux cantines traditionnelles, annonce la nomination d’Aurélien Antoine en tant que Responsable RSE. Intervenant dans le cadre de la création d’un pôle désormais dédié à la politique RSE de Foodles, cette nomination vient confirmer les ambitions de l’entreprise de renforcer encore davantage ses engagements en la matière.

Foodles nomme Aurélien Antoine Responsable RSE

Évoluant dans le secteur de l’alimentation depuis 2009, Aurélien Antoine (35 ans) bénéficie d’une expertise pointue notamment sur les métiers de la restauration collective des secteurs public et privé. Il rejoint les équipes Foodles en 2020 en débutant en tant que responsable commercial du pôle public afin de déployer le service de restauration responsable, sain et innovant. Formé à la diététique et passionné par le secteur de la Foodtech et sa capacité à transformer nos modes d’alimentation, notamment en matière de durabilité, c’est donc tout naturellement qu’Aurélien a pris, depuis le mois de février, la Direction RSE de l’entreprise.

Sa mission : renforcer encore davantage les engagements et les réalisations RSE de Foodles.

Porté jusqu’ici de front notamment par les deux co-fondateurs, Clément Bonhomme et Michaël Ormancey, cette nomination a en effet pour objectif de structurer les réflexions et actions en matière de responsabilité sociale et environnementale de Foodles. La création de ce pôle, désormais chapeauté par Aurélien Antoine, sera soutenue par un comité RSE, composé de 6 experts métiers (issus des différentes équipes de l’entreprise fortement mobilisées sur le sujet), déjà en charge de la définition et du pilotage du plan d’action de l’entreprise depuis 2016.

Nous avons toujours eu à cœur que Foodles contribue activement aux enjeux de développement durable et s’affirme dans son secteur comme un acteur conscient et engagé. Aussi bien au niveau environnemental que sociétal, notre ADN nous a toujours conduit à faire des choix responsables, parfois même à contrecourant des tendances de marché. Par exemple, nous avons été les premiers acteurs de la foodtech à recruter des livreurs et préparateurs à temps plein en CDI pour opérer notre service. Faire bien mais surtout faire mieux, est une démarche de remise en question permanente qui nous guide au quotidien, tout comme nos 200 collaborateurs qui sont très sensibles à ces questions sociales et environnementales.

Clément Bonhomme et Michaël Ormancey, co-CEO et fondateurs de Foodles.

Une politique RSE qui repose historiquement sur 4 piliers :

  • Défendre un achat raisonné, une alimentation saine et durable avec une charte qualité exigeante
  • Réduire son impact écologique notamment grâce à ses démarches zéro-déchet et anti-gaspillage
  • S’engager pour l’emploi durable, la réinsertion des personnes éloignées de l’emploi et le bien-être des collaborateurs
  • Valoriser des associations à but non lucratif auprès des convives et collaborateurs.

Dans cette démarche de diminution concrète de leur impact écologique, il était donc naturel pour la foodtech de mesurer ce dernier en réalisant son 1er bilan carbone niveaux 1, 2 et 3 (couvrant leurs émissions directes et indirectes durant l’année 2020) selon la méthodologie de l’ADEME. À l’issue de ce rapport, Foodles dont le gaspillage alimentaire est déjà plus de deux fois moins élevé qu’une cantine traditionnelle, s’est fixé 3 leviers d’actions destinés à réduire encore son impact :

  • Diminuer les protéines animales au profit des alternatives végétales (jusqu’à 23% de réduction possible)
  • Réduire la perte alimentaire (jusqu’à 10% de réduction possible)
  • Substituer les emballages plastiques par des alternatives durables ou en carton.

À date, Foodles vient déjà de lancer son second bilan carbone, qui viendra évaluer la pertinence de ses 1ères actions correctrices. L’entreprise est par ailleurs membre du Collectif Climate Act, lancé il y a un an, dont l’ambition est d’accélérer la transition écologique en promouvant des actions concrètes destinées à réduire l’empreinte carbone des entreprises.

Présent chez Foodles depuis maintenant plus de deux ans, je connaissais bien l’ampleur et l’importance de la RSE au coeur de chacun de ses choix. Par ailleurs passionné par le sujet, je suis ravi aujourd’hui de prendre en main le pilotage du plan d’action RSE, et accompagner tant nos convives et clients-entreprises, que nos collaborateurs en interne, à transformer leurs usages de consommation. Notre ambition est de contribuer ainsi à une transition réelle et efficace de notre secteur, plus que jamais attendue de ses souhaits, la nourriture étant aujourd’hui responsable de 25% des émissions de gaz à effet de serre en France…

Aurélien Antoine, responsable RSE de Foodles.

Que pensez-vous de ce contenu ?