Aujourd'hui, avec le phénomène du travail hybride, nous assistons à l’un de ces moments décisifs dont il faut pas sous-estimer l’importance. Explications par Mark Dixon, fondateur et PDG d’IWG.

Le monde du travail est constamment soumis à de nouveaux changements. Mais ces avancées se font généralement de manière très progressive, au fil des années, des décennies, voire des siècles. Très rarement en l’espace de quelques mois ou semaines. Pourtant, quelque chose d’inattendu se produit parfois et change les choses rapidement et de manière irréversible, comme avec la révolution industrielle, la démocratisation de l’ordinateur ou l’arrivée d’Internet.

Alors que la pandémie de Covid-19 ne devrait être que passagère, ses effets sur la façon de travailler de millions de professionnels resteront ancrés dans le temps. Si l'accélération massive que nous constatons dans l'adoption du travail hybride est l'héritage de la pandémie, alors nous pouvons dire qu'au moins une partie de son impact aura été positif, que ce soit pour l’environnement, la santé mentale des travailleurs ou les économies locales.

L'hybridité gage de fléxibilité

Tout d'abord, il n’est plus nécessaire pour une majorité de personnes de réaliser de longs trajets quotidiens pour se rendre sur leur lieu de travail. En offrant une plus grande flexibilité quant à la fréquence de déplacements de leurs collaborateurs, les entreprises peuvent facilement diminuer et de façon significative leur empreinte carbone, notamment grâce à une baisse des émissions de gaz à effet de serre liées aux transports privés et publiques. Accompagné d’une réduction de la taille de leurs bureaux en centre-ville et l'intégration d’espaces de travail flexible dans leur portefeuille immobilier, le travail hybride réduit également la consommation d'énergie des entreprises.

L'hybridité gage de bénéfices

En implémentant cette stratégie au cœur de leur politique de développement, elles bénéficient aussi d'une baisse significative de leurs coûts immobiliers, d’un gain de productivité tangible de la part de leurs employés et d'une capacité accrue à attirer les meilleurs talents où qu’ils se trouvent. Il est essentiel pour les entreprises de repenser leur empreinte immobilière, pour se rapprocher des lieux de vie de leur personnel et adopter un modèle « hub-and-spoke ».

La « révolution hybride » est en marche

Selon notre étude parue en octobre 2021, 92 % des professionnels estiment que pouvoir se rendre à pied au travail en moins de 15 minutes est un avantage et 82 % d’entre eux préféreraient travailler dans un espace de travail flexible local si cela leur permettait de réduire leur temps de trajet. Le travail hybride enclenche une véritable révolution en matière d’aménagement des territoires, transformant des villes-dortoirs en lieux de vie et de travail dynamiques. En stimulant l’activité économique en dehors des grands centres urbains, nous observons une revitalisation des banlieues sans précédent et la création de nouvelles économies locales.

À l'avenir et partout dans le monde, le travail sera au cœur des communautés locales : dans les villes de toute taille, les banlieues, les villages, les zones rurales... L’enjeu est simple, il est d’offrir des lieux de travail locaux situés au plus près de là où vivent les professionnels. Ce n'est que le début d’un phénomène qui aura un impact extrêmement positif sur les générations futures, en leur permettant de mener des vies moins stressantes et plus enrichissantes à tous niveaux.

Le bureau hybride sera le reflet de cette nouvelle ère.

Que pensez-vous de ce contenu ?