Après une levée de fonds de 1,4 million d’euros en 2019, Mycophyto vient de clôturer pour 2022 un nouveau tour de table d’un montant de 4,155 millions d’euros.

La société, créée en 2017 par Christine Poncet et Justine Lipuma, développe des solutions biologiques naturelles (champignons mycorhiziens) pour revitaliser les sols et accélérer le développement des plantes. Elle se lance désormais dans la production à grande échelle et ambitionne ainsi de devenir leader sur le marché européen d’ici 2025.

Un développement à la hauteur de ses ambitions

L’objectif de Mycophyto est de permettre aux agriculteurs de réaliser une transition environnementale réaliste sur le plan économique et durable. Pour cela, il faut leur permettre d’innover avec des solutions fiables, efficaces et facilement applicables. La phase d’industrialisation lancée est ambitieuse mais Mycophyto a su se structurer pour relever ce défi. Avec un effectif en hausse et de nouveaux profils à même d’apporter les nouvelles compétences requises, Mycophyto est en ordre de marche pour se lancer à l’assaut des filières cibles du marché européen d’ici 2025.

Grâce à un portefeuille clients qui ne cesse de croître en France et à l’étranger, le chiffre d’affaires est en hausse. Avec plus de 30 clients récurrents cette année et une présence sur 4 filières agricoles principales (Plantes à parfums, aromatiques et médicinales, maraîchage & fruits / légumes, vigne et aménagements paysagers), l’entreprise a su démontrer les gains de sa solution : augmentation des rendements (entre 15 et 30 %), réduction des intrants, dont l’eau, (jusqu’à 40% de stress hydrique en moins), amélioration de la qualité des productions. Ces résultats permettent aujourd’hui à l’entreprise de préparer son déploiement à grande échelle de ses produits et services. « Nous ne devons plus raisonner en milliers de plants traités mais en dizaines d’hectares pour répondre à la demande de nos clients. Pour cela, nous augmentons nos capacités de production et industrialisons nos process » selon Justine Lipuma.

Pour en arriver à ce stade, la startup agritech a réussi son pari en termes d’innovations et a su prouver les bienfaits de la mycorhization indigène pour la productivité des cultures et la résilience des sols. Elle a su construire un savoir-faire unique basé sur la connaissance de champignons mycorhiziens arbusculaires avec une Biobanque, un système de production breveté et le développement d’un système d’information prédictif unique au monde combinant biotechnologie, big data et intelligence artificielle. Lauréate du classement Agri20 en 2022, Mycophyto est reconnue pour son potentiel auprès de la mission French Tech.

À horizon 2025, l’objectif est de produire une offre de gammes de produits et services à grande échelle, en parallèle du maintien d’offres à façon pour des terroirs d’exceptions et produits de hautes valeurs ajoutées. Ces deux moyens de répondre aux besoins spécifiques des territoires permettent aux agriculteurs de concilier productivité, environnement et revenu décent, valeur chère à Mycophyto. Dans un contexte géopolitique où la souveraineté alimentaire est une priorité nationale, trouver des alternatives aux engrais chimiques, dont la matière première provient de l’étranger, est une nécessité. Ces alternatives se doivent également de répondre aux défis du changement climatique (notamment la gestion de longues périodes de sécheresse).

Pour atteindre ces ambitions, Mycophyto doit bénéficier de moyens financiers permettant d’investir dans l’humain en faisant grandir l’équipe, d’investir dans des locaux et équipements permettant de passer d’une échelle de production à une autre, d’investir dans des forces commerciales pour accompagner le développement et aider à l’adoption de ces innovations. « Cette levée de fonds a été un défi important pour l’entreprise car nous sommes dans une phase clé de notre développement. Franchir cette étape est formidable et nous allons pouvoir mettre en œuvre notre stratégie industrielle et nous préparer à franchir une nouvelle étape dans notre croissance ! » selon Justine Lipuma.

Les investisseurs historiques renouvellent leur confiance

Si l’intégralité des investisseurs de 2019 a décidé de s’engager à nouveau, c’est avant tout pour continuer à participer à l’aventure Mycophyto selon Justine Lipuma : « c’est une fierté de voir nos investisseurs historiques réitérer leur confiance dans cette nouvelle étape de développement ».

Parmi ceux qui avaient déjà participé à la levée d’1,4 million d’euros en 2019, Région Sud Investissement, Créazur, Olbia Invest et Penfret renforcent leur présence aux côtés de Mycophyto. Pour mémoire, ce financement avait permis de lancer la start-up agritech dans une nouvelle étape, celle du déploiement commercial et du développement de son programme R&D. Erik Orsenna et Dominique Gaillard avaient rejoint Mycophyto en 2020.

De nouveaux investisseurs prennent part au développement pour 2023

En 2022, Mycophyto accueille de nouveaux investisseurs qui ont été nombreux à se manifester. « L’intérêt pour notre activité est certain, mais ce que nous remarquons, c’est surtout la volonté d’investisseurs, en apparence de tous horizons, à contribuer à un projet qui a du sens et à créer des synergies. Nos investisseurs sont des entrepreneurs et des Business Angels avertis qui veulent contribuer au développement de notre société mais également à la réussite d’un projet à haute valeur ajoutée » selon Justine Lipuma. Nos investisseurs/entrepreneurs sont eux-mêmes investis dans des projets. Cela va donner une teinte particulière à nos discussions puisque nous pourrons échanger entre pairs et croiser nos regards riches et concrets sur nos perspectives de développement » ajoute-t-elle.

Le Crédit Agricole (Créazur) renforce sa présence avec l’entrée de deux nouvelles caisses régionales Nouvelle Aquitaine et Charente-Périgord. Ces territoires représentent des zones stratégiques pour le développement commercial et la production de Mycophyto. Paris Business Angels ainsi qu'un panel d'investisseurs de type entrepreneurs à succès ont participé à ce tour de financement à hauteur de 4,155 millions d’euros en plus des partenaires bancaires historiques BPI, Caisse d’Epargne Côte d’Azur et CIC.

Mycophyto a été accompagnée par le Cabinet d’avocats EY Ventury (Me Nicolas Ivaldi, Me Julien Tamagno et Me Manon Revest).


Plus de levées de fonds

Que pensez-vous de ce contenu ?