FAIRMAT lève 34 millions d'euros en série A, pour rendre plus facile et plus durable le recyclage des matériaux avancés grâce à des technologies robotiques.

FAIRMAT, la deep tech pionnière dans le recyclage des matériaux avancés, annonce aujourd'hui qu'elle a terminé son tour de financement de série A pour un total de 34 millions d'euros, l'un des plus importants tours de table de série A pour une startup de la deep tech en France et en Europe cette année.

Cette opération de financement, sursouscrite, a été co-dirigée par le fonds d'investissement souverain de Singapour, Temasek et le groupe belge Compagnie Nationale à Portefeuille SA (CNP) (le Groupe Frère), avec la participation d'un groupe d'investisseurs dont le fonds Singular, déjà présent lors du tour d’amorçage, la société suisse Pictet Group – gestionnaires de fortune et d'actifs, et la branche d’investissement londonienne du consortium américain d'entreprises automobiles, hôtelières, de divertissement, de sport et d'aventure, The Friedkin Group International. D'éminents business angels comme le PDG de Danone, Antoine de Saint-Affrique, d'autres PDG et fondateurs de startups technologiques à succès se sont également joints à ce tour de table. « Le recyclage de matériaux avancés comme les composites en fibre de carbone est l'une des actions les plus fortes que nous puissions entreprendre pour accélérer la décarbonation du secteur manufacturier. » déclare Benjamin Saada, Président et fondateur de FAIRMAT.

FAIRMAT a rapidement développé sa technologie révolutionnaire et de nouveaux matériaux tout en ayant une utilisation plus efficace du capital grâce à l'immense ingéniosité de l'équipe en matière de robotique et de recherche sur les matériaux. Leur approche change fondamentalement la donne à grande échelle et s'aligne sur l'ambition de CNP de soutenir les champions de la croissance durable.

Benoit Robertz, associé chez CNP.

Depuis sa création il y a deux ans, FAIRMAT a fait des progrès : sécurisation de plus de 35 % des déchets en fibres de carbone issus de la production industrielle en Europe, signatures commerciales pour ses produits, ouverture de sa première usine et constitution d'une équipe à la hauteur de ses ambitions.

Industrialiser le recylcage des matériaux

Les fonds levés serviront à accélérer le déploiement de ses capacités industrielles, notamment robotiques, y compris la montée en puissance de son usine automatisée nouvellement inaugurée et qui accueillera plus d’une centaine de robots afin de recycler jusqu'à 3 500 tonnes de déchets par an. De plus, l'entreprise se développera à l'international sur de nouveaux marchés, à commencer par les États-Unis en 2023 puis l'Espagne, et l'Allemagne, peu après. Dans le cadre de cette expansion, Fairmat fera grandir également son équipe de 80 à 400 personnes d'ici 2025, cherchant à recruter les meilleurs talents en robotique et en data science notamment.

L’utilisation des composites en fibre de carbone dans l'industrie automobile est très importante. FAIRMAT comblera un besoin dans la chaîne d'approvisionnement en matériaux avancés fabriqués de manière éco-responsable et durable. Nous voulons faire partie de cette aventure et aider Fairmat à s'étendre aux États-Unis.

Danny Friedkin, directeur de The Friedkin Group International.

La pénétration de nouveaux marchés pour la vente des matériaux recyclés fait aussi partie du plan de croissance de l’entreprise, car FAIRMAT veut créer plus d’impact durable dans des secteurs aussi vastes que les biens électroniques grand public, la mobilité, les sports et les loisirs.

La solution de Fairmat est cohérente avec les priorités environnementales actuelles (réalisations d'analyse de cycle de vie, feuilles de route conformes aux critères ESG - Environnement, Société et Gouvernance, et objectifs de certification). Cet investissement contribuera à faire en sorte que la start-up deep tech devienne un acteur technologique clé dans le paysage de l'économie circulaire en Europe et au-delà.

Conformément au principe d'équité que Fairmat a placé au cœur de sa mission, l'entreprise a également choisi de recevoir la participation de Phiture : le premier fonds d'investissement technologique 100 % à but non lucratif lancé par Raise Sherpas. Au cœur de son modèle, tous les revenus générés seront redistribués au profit de projets œuvrant pour le bien commun, répondant à trois enjeux : la protection de l'environnement, l'entrepreneuriat pour les groupes vulnérables et la création d'emplois. « Nous sommes convaincus que grâce à notre investissement dans Fairmat, l'entreprise et le succès de sa mission joueront un rôle essentiel dans la réduction des inégalités et la promotion du développement durable. », souligne Noé Gersanois, co-directeur de Raise Sherpas.

Le nouvel investissement porte le financement total de Fairmat à ce jour à 44 millions d'euros après un tour d’amorçage en septembre de l'année dernière.

Cet investissement est un signe clair de la confiance des investisseurs dans le besoin croissant de solutions de décarbonation, et nous sommes convaincus que Fairmat est bien positionnée pour devenir un leader mondial et mener le virage technologique pour une industrie manufacturière plus durable. L'équipe exceptionnelle de l'entreprise a démontré comment les verrous technologiques peuvent être surmontés en un temps record.

Raffi Kamber, co-fondateur de Singular.

Plus de levées de fonds

Que pensez-vous de ce contenu ?