Alors que se termine le CES 2023, à Las Vegas, qui a rassemblé près de 200 startups françaises, In Extenso Innovation Croissance et l’ESSEC Business School publient leur baromètre des levées de fonds en 2022 : retour à la rationalité après deux années d'euphorie.

Après un 1er semestre exceptionnel pour la Tech française et européenne, la décrue amorcée dès le 3ème trimestre en Europe comme en France s’est confirmée au 4ème trimestre. Le second semestre atteste ainsi de la bascule de l’euphorie à la recherche de plus de rationalité de la part des investisseurs. Pour autant, 2022 demeure, au total, une année exceptionnelle pour la French Tech en termes de montants investis (13,6 Md€) surpassant même le niveau record de 2021 (11 Md€), malgré les fortes perturbations (guerre en Ukraine, crise énergétique, flambée des prix, accélération du changement climatique…) qui ont ébranlé la confiance des investisseurs.

Levées de fonds : les points clés qui ont marqué 2022

  • Après un record sur les levées de fonds en late stage, ce segment ralentit fortement, du fait d’un comportement attentiste de la part des fonds positionnés sur ce segment.
  • L’ajustement sur les valorisations, qui a démarré sur le segment du late stage au début 2022, se propage à l’early stage depuis la fin de l’année. L’incertitude sur les valorisations contribue à diminuer le nombre d‘opérations, certaines sociétés préférant décaler (lorsqu’elles en ont la possibilité) leur tour de table plutôt qu’acter une valorisation flat ou un down round.
  • Le segment des DeepTech est moins volatil : il a moins profité de l’exubérance de la Tech généraliste mais résiste mieux au ralentissement. Ce sont généralement des investisseurs spécifiques qui adressent ce segment.
  • Les investisseurs attendent désormais de leurs participations qu’elles atteignent rapidement une rentabilité préférentiellement à la recherche de la croissance, ce qui commence à se traduire par des premiers plans de licenciement y compris au sein de sociétés ayant récemment levé des fonds substantiels.

2022 est une année atypique, caractérisée par une euphorie constatée lors du premier semestre, contrastant avec un net ralentissement sur la seconde partie de l’année. Cette fin d’année marque un retour aux fondamentaux, avec une place plus centrale de la rentabilité dans les thèses d’investissements, et une attention particulière aux valorisations très chahutées. La French Tech se distingue à la fois en nombre d’opérations (+11 %), en montants levés (+23%) et fait la part belle au financement d’amorçage (+9 %). Avec de fortes réserves disponibles pour investir, gageons que les investisseurs se montrent très dynamiques et confiants en 2023.

Patricia Braun, présidente d’In Extenso Innovation Croissance

Plus d'infos Startups

Que pensez-vous de ce contenu ?