Entre transformation numérique et réponse aux défis climatiques, le secteur des technologies industrielles n’a jamais paru si crucial, à la fois pour les entreprises, mais également les fonds d’investissement.

Speedinvest, fonds d’investissement paneuropéen, et Dealroom.co, ont dévoilé la troisième édition de leur rapport annuel sur l'écosystème européen de l’Industrial Tech. Ce rapport identifie 18 secteurs clés représentant 748 entreprises européennes proposant des innovations technologiques industrielles et partage les prévisions records d’investissement en capital-risque sur ce segment de la tech.

Principaux enseignements du rapport Speedinvest et Dealroom

  • La France est le second pôle de technologie industrielle après l’Allemagne : avec 2 licornes (Exotex et Ivalua) et 2,7 milliards d’euros investis entre 2015 et 2022 ;
  • À l’échelle européenne, l’industrial tech compte 5 nouvelles licornes en 2022 ;
  • Avec 4,7 milliards de dollars à ce jour, les investissements en capital-risque dans les technologies industrielles européennes en 2022 sont sur le point de dépasser ceux réalisés en 2021 ;
  • Les investissements en capital-risque dans les technologies industrielles axées autour du climat ont déjà atteint 1,1 milliard de dollars cette année et sont en passe de dépasser les niveaux de 2021.

L’industrial tech en 2022 : une année record en termes d’investissements

Avec plus d'un tiers de l’économie mondiale basée sur l’industrie, soit près de 23 000 milliards de dollars de production, le secteur des technologies industrielles connaît ces dernières années un engouement sans précédent de la part des fonds d’investissement.

Selon le rapport, et avec 4,7 milliards de dollars levés en 2022, le secteur est bien parti pour battre le record de l’année précédente avec des prévisions pour la fin d’année 2022 estimées à 6 milliards de dollars d’investissements en capital-risque. Ce qui le placerait en 4ème position des secteurs ayant perçu le plus de capitaux en Europe. Il arrive derrière le secteur immobilier (+ 50 %), le tourisme (+ 27%) ou encore le domaine de la recherche d’emplois (+19 %).

Le secteur est notamment porté par l’intérêt des investisseurs pour certains sous-segments de l’Industrial tech comme la logistique qui levé 2,5 milliards de dollars, la robotique (776 millions $) ou encore l’énergie (392 millions $). L’engouement pour l’Industrial Tech à l’échelle européenne a permis à 5 nouvelles licornes de voir le jour, dont Exotec, qui devient la deuxième licorne industrielle française en janvier 2022 après Ivalua (2019). La France, qui a investi près de 827 millions de dollars dans le secteur cette année, se place derrière l’Allemagne (1,4 milliard de dollars) et devient le deuxième pôle d’investissements dans l’Industrial Tech en Europe.

Avec 53 % des opérations réalisées en Série D, le secteur des technologies industrielles semble avoir atteint un stade de maturité qui rassure et pousse les fonds à investir malgré le contexte économique incertain. Une évolution qui peut trouver une explication dans la prise de conscience des états et des entreprises face à l'urgence climatique et énergétique, ainsi qu’à la nécessité de décarboner les procédés industriels.

À noter que les entreprises participent à cette évolution, en ayant quasiment triplé leur capacité d’investissements, avec près de 802 millions de dollars investis en 2022 dans les startups à vocation industrielle, contre 337 millions de dollars en 2020.

L’accroissement des investissements dans la sphère technologique industrielle européenne est encourageant. Les innovations de ruptures portées par l’Industrial Tech sont essentielles à la fois pour améliorer la productivité de l'Europe et garantir que le continent atteigne ses objectifs en matière d'émissions carbone grâce aux innovations technologiques liées au climat. Avec un investissement total en capital-risque qui devrait atteindre près de 6 milliards de dollars d'ici la fin de l'année, ce rapport met en lumière l’engouement des investisseurs pour le secteur. L’Industrial Tech est en passe de devenir l’un des secteurs à la croissance la plus rapide dans le capital-risque européen.

Marie-Helene Ametsreiter, General Partner chez Speedinvest

Le développement durable au cœur des problématiques des startups de l’Industrial Tech

La Climate Tech regroupe les entreprises technologiques travaillant à la réduction des émissions de gaz à effet de serre et s’impose cette année comme un secteur porteur et stratégique, présent dans de nombreux sous-segments de l’Industrial Tech. D’après le rapport, l’investissement en capital-risque dans la Climate tech pourrait ainsi atteindre les 1,4 milliard de dollars d’ici la fin de l’année contre 1,2 milliard pour 2021 contribuant à l’objectif de neutralité carbone fixé par les accords de Paris d’ici à 2050. Une croissance tirée notamment par les startups utilisant des matériaux de pointe -nécessaires au développement de produits et de processus durables, plus performants - (61 %) ou opérant dans le secteur de l’énergie (59 %), la robotique (15 %) et la logistique (21 %).

On dénombre désormais 60 fonds actifs dans l’industrial tech investissant dans startups de la Climate Tech à l’image de Twaice, Sylvera et Greyparrot soutenues par Speedinvest. Au total, à date, les plus grands fonds d’investissement européens dédiés à la Climate Tech tels que Bridge ou Lightrock ont déjà levé 1,8 milliard de dollars pour soutenir les startups axées sur les questions de durabilité.

On note également un intérêt grandissant de la part de grands groupes pour l’investissement dans le secteur de la climate tech. En 2022, le nombre d’investissements corporate a augmenté dans plus de la moitié des segments de l’Industrial Tech. En particulier, dans le domaine de la réalité virtuelle & réalité augmentée (37 % contre 25 % l’an passé), de l’énergie où des multinationales investissent dans des startups axées sur les problématiques de durabilité (41 % contre 25 % en 2021), de la cybersécurité (23 % contre 14 % l’an dernier) mais aussi dans le secteur des drones (39 % contre 5 %)

L'Europe abrite des entreprises de premier plan dans plusieurs segments industriels allant de l'automobile à l'énergie, et l'année 2022 a vu ces entreprises augmenter considérablement leurs investissements dans les nouvelles technologies industrielles. Cette tendance, ainsi que l'augmentation de l'activité de capital-risque dans ce domaine, propulse le secteur à un stade déterminant de son développement - avec de grandes promesses pour l'industrie à l’échelle mondiale.

Yoram Wijngaarde, PDG et fondateur de Dealroom.co

Le rapport complet

Que pensez-vous de ce contenu ?